Le Mot du Président

La LEGE doit s’inscrire dans le Projet Sportif Territorial

(Régis Noizet, 10 avril 2021)

 Lors de l’assemblée générale du CROS,  Jean-Marc HAAS BECKER, Président sortant, est réélu ce 10 avril  pour l’olympiade 2021-2025. Toutes nos félicitations !

Par ailleurs les mois de mars et avril sont riches en évènements pour la gouvernance du sport dans notre Région. Le 17 mars c’était le lancement de la conférence du Sport dans le Grand Est. Monsieur Jean-Paul OMEYER, Vice-président de la Région Grand Est délégué au sport a été élu Président. Messieurs Jean-Marc HAAS-BECKER, président du CROS, Daniel HUSSON, représentant de l’Union Sport & Cycle et Emmanuel THIRY, délégué régional académique à la jeunesse, à l’engagement et aux sports ont été désignés Vice-Présidents.

La Conférence régionale du Sport a vocation à élaborer et adopter un Projet Sportif Territorial (PST) d’une durée de 5 ans : Un bilan de l’offre sportive existante sur le territoire régional, Un programme comportant les mesures et les actions à mettre en œuvre tenant compte des orientations nationales en matière de politique sportive et des spécificités de chaque région. Les modalités de suivi du programme d’action. Le Projet Sportif Territorial va évidemment s’appuyer sur les contributions du schéma régional de développement du sport de la région Grand-Est signé le 11 avril 2019 par le Président de la Région Grand Est, Jean ROTTNER et la Ministre déléguée chargée des Sports, Roxana MARACINEANU.

Les travaux seront menés au sein de commissions thématiques réunissant des représentants des différents collèges : Développement du sport pour toutes et tous sur l’ensemble du territoire. Développement du sport de haut niveau et de la haute performance. Emploi et encadrement sportif. Accessibilité et aménagement territorial. Prévention et lutte contre les violences et les discriminations. Attractivité des territoires.

Les présidents des 115 clubs d’échecs du Grand Est  peuvent se dire que tout cela est bien loin de leurs préoccupations dans ces temps de crise sanitaire. Il est vrai que pour certains l’activité depuis un an s’est traduite simplement par un match d’interclubs

 Et pourtant !  je cite Monsieur Jean Rottner, Président de la Région Grand Est :

 Afin de répondre à leurs demandes, les acteurs du sport doivent imaginer de nouvelles offres en s’appuyant notamment sur les outils numériques ou la mutualisation des moyens. L’objectif principal de ce programme est d’accompagner les bénévoles et équipes dirigeantes des clubs vers une démarche plus commerciale de « prestations clubs », en les incitant à mutualiser leurs actions, par le biais de coopérations, d’ententes, et en s’appuyant sur des initiatives transverses (ou interministérielles). Ainsi, les acteurs sportifs du Grand Est pourront répondre à l’enjeu de redynamisation du sport sous toutes ses composantes : sport santé, le savoir nager, mais aussi les outils numériques au service de la pratique libre et le sport en entreprise qui permet de combler les créneaux méridiens des lieux de pratique. Consolider les passerelles entre le développement accru des pratiques autonomes, l’offre fédérale et les activités scolaires et périscolaires assurera le renforcement du Sport dans tous les territoires.

Le jeu des Echecs a tous les atouts permettant de traduire en réalité ce rôle social. Jeu intergénérationnel, sport santé, e-sport, cours et  compétitions par internet, activités scolaires et périscolaires, maillage terrain. Notre sport s’inscrit à la perfection dans le projet de la Région et de Monsieur ROTTNER.

Durant ces deux mois, Le secrétaire général de la Ligue, Jean Pierre List et moi-même avons participé à des visioconférences organisées par la DRDJSCS-GE-SPORT comme par exemple l’accès à la création d’emploi, l’apprentissage, le sport du Haut Niveau et les violences dans le sport.

 Nul doute que le projet sportif en cours d’élaboration pour la LEGE reprendra les différents points évoqués précédemment dans le projet sportif territorial.

Le rôle des Comités Départementaux du  Jeu des échecs devient incontournable dans le soutien aux clubs.  La conférence Régionale du sport va organiser une réunion territoriale par département avec pour objectif d’identifier les enjeux, projets et besoins ; je ne peux qu’encourager les présidents des CDJE à rejoindre ces réunions.

****

Le 29 mars 2021

Chers Présidentes, chères Présidents, chers adhérents,

Il parait bien optimiste de penser que le championnat de France des jeunes prévus le 18 juillet à Agen puisse se tenir et pourtant à ce jour l’organisation en présentiel de cette compétition est toujours d’actualité pour la FFE.

Le Comité Directeur de la Ligue des Echecs du Grand-Est réuni le 4 mars 2021, a décidé de se préparer comme si cela avait bien lieu. Il fallait donc que la LEGE définisse le processus à mettre en place pour sélectionner dans chaque « région historique » les qualifiés pour Agen. Plusieurs membres du Comité Directeur ont exprimé leur doute quant à la tenue réelle de ce championnat en juillet prochain. Mais d’un autre côté, la LEGE ne peut pas non plus prendre le risque de ne pas être prête au cas où ce Championnat de France aurait bien lieu.

La LEGE préfère une qualification des jeunes pour le championnat de France comme en année « normale » avec des  championnats de Ligue en présentiel. Ils sont prévus pendant les vacances scolaires fin avril.  Un plan B avec un possible report sur fin mai ou début juin est étudié. Mais c’est certainement le plan C qui sera certainement mis en pratique. Quel est-il ?

Il repose sur la liste des qualifiés de 2020 qui n’ont pas eu leur finale et seraient donc qualifiés d’office. C’est une solution qui est par contre injuste pour les jeunes qui ont fait de gros efforts pour progresser et qui devront attendre une année supplémentaire pour participer au championnat. Pour compenser partiellement ce problème, il est proposé qu’une Commission ad ’hoc soit chargée de sélectionner des jeunes supplémentaires en remplacement des qualifiés 2020 qui ne souhaiteront pas se rendre à Agen en 2021. Un autre point négatif à cette solution concerne les jeunes qui ont changé de catégorie d’âge et qui ne seront plus vraiment compétitifs dans la catégorie d’âge supérieure.

Cette organisation se met en place de façon autonome en Alsace, en Lorraine et en Champagne Ardenne. Un coordonnateur dans chaque ZID, désigné par les Présidents de CDJE et validé par la LEGE réunit une commission de sélection composée des responsables des clubs chargés de la formation des jeunes et concernés par les qualifications.

Voilà un nouvel exemple de l’intérêt de la proximité des clubs et de leurs licenciés par les Comités départementaux du jeu des Echecs.  La LEGE dès 2016 avait décidé de renvoyer 50% des retours licences  aux CDJE et leur octroyait des aides à la création des pôles espoirs permettant aux jeunes de bénéficier de cours par les animateurs qualifiés de leur territoire.

Le pont entre Ligue et comités départementaux sera bien inscrit dans le projet associatif. Celui-ci sera présenté à la Région et au CROS en 2021 pour une nouvelle convention signée pour 4 ans. Il faudra être réactif à la levée des mesures de confinement avec un retour à une vie sportive normale et l’organisation de nos clubs sans doute différente avec des ouvertures pendant l’été et des animations en extérieur. Bon courage à tous les bénévoles et aussi entraineurs, animateurs, formateurs qui donnent la vie à nos clubs.

Régis NOIZET