Message du Président de la FFE Yves Marek

Chers Présidents de Clubs, Chers Licenciés,

À la suite d’une ordonnance quelque peu inattendue du Tribunal judiciaire de Nanterre, faisant suite à la démission de Bachar Kouatly, je suis investi à titre intérimaire de la présidence de la Fédération française des échecs jusqu’à l’Assemblée générale élective du 3 avril 2021.La décision du Tribunal de Nanterre – dont le contenu m’a surpris autant que vous – a force obligatoire et s’impose à moi comme à tous les membres de la Fédération, bien que l’Assemblée Générale ait émis deux votes clairs qui n’allaient pas dans ce sens.

Je tiens à remercier tous ceux qui, au-delà des désaccords qui les séparent, m’ont exprimé leur confiance et ont pensé que j’étais le mieux à même d’assumer cette mission dans l’intérêt de tous. J’essaierai d’en être digne et de servir au mieux les échecs français dans une situation pour le moins complexe et délicate, à la fois à cause de l’impact de la pandémie et des péripéties récentes de la vie fédérale, mais aussi dans un contexte porteur d’espoirs (médiatisation récente du jeu par Netflix, potentialités du jeu en ligne, rendez-vous du centenaire de la Fédération, mobilisation autour de notre cher Maxime Vachier-Lagrave qui est à mi-parcours du tournoi des candidats en tête pour défier l’actuel champion du monde…après l’avoir magnifiquement sorti il y a quelques jours en demi-finale du championnat d’échecs rapides).

Je compte exercer cette mission dans l’état d’esprit suivant :

1/ D’abord, naturellement, j’expédierai les affaires courantes avec le concours des services de la Fédération.

2/ Je veillerai ensuite à une organisation irréprochable des élections du 3 avril et assurer qu’elles débouchent sur un résultat incontestable, en garantissant la neutralité absolue de la Fédération. Le fait que je ne sois personnellement candidat sur aucune des listes en présence et les relations amicales que j’entretiens avec tous les acteurs sont, à cet égard, un gage de cette neutralité.

3/ Lorsque devront être prises des décisions dépassant la simple gestion des affaires courantes, je rechercherai le plus large consensus, en consultant les trois listes en présence, afin de ne pas engager l’avenir ni entraver le choix souverain de l’Assemblée générale et la liberté de décision de l’équipe qui sera élue.

4/ J’entends établir un dialogue de qualité avec les pouvoirs publics.

D’ores et déjà :

1/ J’ai pu avoir un échange direct avec M. Jean-Michel Blanquer, Ministre de l’éducation nationale, de la jeunesse et des sports, sur la situation de la Fédération et ses perspectives.

2/ J’ai décidé de faire appel à un des plus remarquables avocats de droit public que je connaisse, qui a conseillé déjà des entités fédérales et des ordres professionnels, Maître Rémi Sermier, pour assister la Fédération durant cette période tant je tiens à ce que tout se déroule dans la plus grande rigueur juridique et morale.

3/ J’ai engagé un dialogue avec certains interlocuteurs de la Fédération pour résoudre des questions financières urgentes dans l’intérêt de la Fédération (notamment la question des arriérés de loyers).

S’agissant de la gouvernance intérimaire de la Fédération, et même si la décision de justice s’impose à nous, il me semble que les votes émis par l’Assemblée Générale ne permettent pas de considérer que le comité directeur conserve une légitimité politique intacte, sans lui faire offense ni méconnaître le mérite personnel, la passion et l’engagement de chacun de ses membres. Je ne compte pas le réunir ni le consulter durant mon court mandat intérimaire. Il n’y a d’ailleurs pas de nécessité statutaire à cela.

Je forme le vœu qu’avec votre concours, la Fédération puisse négocier parfaitement la transition souvent délicate entre le milieu de jeu et la finale et j’espère la servir au mieux dans l’intérêt des échecs français.

Yves MAREK

No Replies to "Message du Président de la FFE Yves Marek"