Le jeu d'échecs (ou les échecs) est un jeu de société dont le but est d'infliger à son adversaire un échec et mat. Il s’agit d’une situation dans laquelle la pièce ‘’le Roi’’ d'un des joueurs est en prise sans qu'il soit possible d'y remédier. Pour les amateurs d'échecs qui sont également fans de cinéma, les scènes de film qui mettent en évidence le jeu d’échecs ont un attrait particulier. Voici alors le top 3 des meilleurs films sur les jeux d’échecs.

films sur les échecs

Le Prodige d'Edward Zwick

Le Prodige est un film biographique d'Edward Zwick, sorti en 2015. Dans ce film, Tobey Maguire qui joue le rôle de Bobby Fischer, tandis que Liev Scheiber incarne Boris Spassky.

Synopsis

Bobby Fischer, le génie américain des échecs, participe au Championnat du monde à Reykjavik, à l’apogée de la guerre froide. Il se retrouve pris entre le feu des deux superpuissances en défiant l’Empire soviétique lors du match du siècle contre Boris Spassky. Son obsession de vaincre les Russes va peu à peu se transformer en une terrifiante lutte entre le génie et la folie de cet homme complexe et fascinant.

Critiques

Il s’agit d’un film intéressant sur un homme qui n’a jamais cessé de fasciner le monde. S’attaquer à cette personnalité si unique et intéressante, qu’est Boddy Fischer, devenu champion du monde d’échecs, est littéralement passionnant de bout en bout pour le spectateur.

Il faut remarquer que ce tour de force repose sans doute sur la prestation époustouflante de Tobey Maguire. Ce dernier compose son personnage à la perfection avec cet aspect :

  • maladif,
  • obsessionnel,
  • et même complètement paranoïaque.

C’est par là même que vous suivez l’évolution de cet homme, de son enfance déjà révélatrice d’un profond malaise au stade adulte dans le film. Le processus est habillement décrit et vous fait apparaître un être asocial, dénué de toutes conventions, voire même privé de sentiments envers les autres. C’est bien le point positif de ce film épatant centré uniquement sur ce champion.

Face à face de Carl Schenkel

Réalisé par Carl Schenkel en 1992, face à face est un film franco-germano-américain. Ce film a reçu un prix au Festival du film policier de Cognac de 1992, du Critics Award en faveur de Carl Schenkel.

Synopsis

Peter Sanderson, champion d’échecs, voit sa vie basculer lorsque l'attachée de presse d'un tournoi auquel il participe et dont il était amoureux est mystérieusement assassinée. Le tueur prend contact avec Peter Sanderson pour jouer à une sorte de jeu.

Rapidement suspecté du meurtre, Peter doit faire face à ce serial-killer qui utilise la ville comme un échiquier géant. En effet, chacune de ses victimes est tuée à un lieu correspondant à une case. Une partie d'échecs très particulière débute alors entre Peter et le tueur.

Critiques

La musique est tonitruante dans le film. Il y a des éclairs et de la pluie qui accentuent la tension. Le film Face à face vous donne droit à tous les clichés possibles et imaginables : aucun des personnages n’est suspect. Le scénariste Brad Mirman multiplie en effet les fausses pistes et les suspects potentiels.

Lambert Christophe dans la peau de Peter Sandrson alterne ses yeux de cocker sous transenne et sa violence cachée derrière des petits sourires en coin. Pour finir, Face à face est un film sympa dont on sait à l’avance que rechercher une quelconque cohérence à l’intérieur serait un exercice vain.

La Diagonale du fou de Richard Dembo

Réalisée par Richard Dembo et sortie en 1984, La Diagonale du fou est un film franco-suisse. Il a reçu de nombreuses récompenses, notamment l'Oscar du meilleur film en langue étrangère et le César de la meilleure première œuvre.

Synopsis

La Diagonale du fou se penche sur l'affrontement de deux hommes lors du championnat d'échecs à Genève. Ils sont tous deux Russes, mais Pavius Fromm, qui est dissident, a fui son pays et la mainmise soviétique pour résider en Occident. Pour la finale du championnat, ce jeune lituanien impétueux et provocateur doit affronter un compatriote bien plus âgé. Ce dernier est Liebskind, qui a, lui, le soutien du régime.

Critiques

Le film séduit par sa mise en scène, son scénario et le jeu d’acteur, surtout celui de Michel Piccoli. Il s’agit d’une sorte de film d’espionnage détourné où les deux parties s’observent, se testent, se mesurent, le tout dans un climat politique tendu. L’essentiel du face à face se fait donc en coulisse.

Le scénario de ce film est basé sur plusieurs allégories. L’une d’entre elles réside dans le fait que de nombreux éléments de l’intrigue sont inspirés de faits réels. La trame du film rappelle un affrontement similaire ayant opposé en 1978 et 1981 les joueurs soviétiques Anatoly Karpov et Viktor Kortchnoï.